LES FONDATIONS DE PUR MÉDIA FRANCE

LE PROJET PUR MÉDIA FRANCE


Les fondations du projet reposent essentiellement sur trois points :



  1. L'expérience : Ceux qui ont imaginé Pur Média France ont une solide expérience de la presse écrite, de la radio-diffusion, de la télévision et de la communication. Leur expérience professionnelle s'est forgée au cours de longues années durant lesquelles ils ont contribué à de nombreux projets médiatiques, dont plusieurs existent encore aujourd'hui.

  2. La nécessité : Le besoin d'un grand média vraiment libre et indépendant est réel. À ce jour, de petits médias « libres » co-existent, mais en-dehors de rares cas, ils n'ont jamais été en mesure de percer et/ou d'offrir l'apport qualitatif auquel on s'attendait. De plus, l'aspect collaboratif est toujours ignoré ce qui, selon nous, leur fait clairement défaut.

  3. Le collaboratif : S'il y a bien un aspect à considérer et qui est parmis les plus importants de ce projet, c'est celui de la construction collaborative. Combien de médias peuvent t-ils prétendre fonctionner de cette manière ? Combien d'entre eux vous donnent t-ils la parole ? Combien vous offrent la possibilité de participer à l'élaboration des programmes ? Le choix des sujets et des invités ? Toutes ces questions trouvent une réponse limpide avec Pur Média France.

QUI SOMMES-NOUS

  • Eddy Evanghelos Yannakis
Dessinateur depuis l'enfance, Eddy Evanghelos Yannakis, né le 4 juillet 1977 à Evry, est un touche-à-tout du visuel. De l'illustration en passant par le web design, pour aller vers l'image de synthèse et la production à caméra multiple et fond vert. Vert comme ouvert où il dévérouille par le sens du langage symbolique une grille de lecture cryptée hermétiquement au sein des œuvres d'arts.

Après avoir bourlingué dans l'assemblage informatique et réseau, fait un passage dans le développement de produits vidéoludiques et donné de nombreuses années dans le bénévolat associatif, il est temps pour lui de participer à la création d'un Pur Média correspondant à son ouverture d'esprit sans limite sur le monde.

Handicapé, échec de la médecine, après avoir guéri des ordinateurs, il décide de se réaproprier sa santé et compte bien appliquer un sort de soin sur la médiation qui en a grand besoin !
  • Jean-Jacques Yvars
Né le 24 juillet 1970 à Ajaccio, c'est à seulement 16 ans, en 1986, que Jean-Jacques Yvars se forge sa toute première expérience radiophonique à l'antenne de la radio ajaccienne (mais anciennement parisienne) Carbone 14. Aussitôt remarqué, il est immédiatement engagé comme DJ dans la plus grande discothèque de Corse du sud, le Discovery. Suivront plus de 15 années d'expérience DJ, animateur radio et responsable d'antenne, durant lesquelles il se spécialise dans le domaine du Son et de la production radiophonique.

Au début des années 90, il crée Studio Évolution, un studio d'enregistrement audio-numérique 48 pistes, avec lequel il se forge une solide expérience dans le mixage et le Mastering audio. Musicien, passionné par l'informatique et la 3D, codeur acharné créant ses propres instruments de musique VST, c'est en tant que programmeur-développeur qu'il s'adonne durant plusieurs années à la conception de logiciels de conception 3D et de traitements audio-numériques. Courant 2016, il propose à son ami Eddy la création de Pur Média France.

LES ORIGINES

Fin 2015 est la date de naissance d’un projet faisant suite au dépôt de bilan de nos diverses expériences médiatiques sur la toile Internet. Qu’ils soient papier numérique, web-radio ou web-télé, qu’ils se prétendent libres, participatifs ou alternatifs ; jusqu’à preuve du contraire, nous n’avons pas été confronté une seule fois à un média sans qu’il soit contraint, limité, spécialisé et donc instrumentalisé par une structure.

Or, nous sommes dans une époque où la démocratisation des médias explose. Il en résulte - par leur multiplicité et leur besoin de se différencier - une spécialisation à outrance. La ligne éditoriale de ces médias fait trop souvent office de « goulot d’étranglement à sujets ». Que ce soit sur télévision de salon où sur les web-télés, il s’opère une fracture de l’information synthétique que nous trouvons à la fois nuisible et aliénante.

Force est de constater que la télévision - qui possédait le privilège de suggestion de sujets inconnus pour le spectateur - est à la fois lourdement concurrencée par les chaînes d’épiciers spécialisés et de moins en moins lisible par l’écrasante surface accaparée par la publicité, tout en restant fermée à la participation au développement, via la rigidité du flux programmé et de la structure même de l’ancien monde du travail.

Inversement, sur Internet - où les programmes sont à la carte - nous constatons l’absence d’investissement des médias instrumentalisés vers une autonomie de diffusion technique. Ces derniers cherchent à grappiller l’audimat de la télé en la diabolisant auprès de leurs auditeurs. Ceci a pour but de couper le spectateur de la télé pour les inciter à passer par leur web-télé, où l’information est traitée via un filtre idéologique.

Ces médias sont les premiers à surconsommer de la télé et de l’AFP et se placent en intermédiaire, dans le but de vendre du produit dérivé. Ils ont la prétention d’éveiller les consciences par la vulgarisation. Ils sont surtout en position où ils se substituent au cerveau du spectateur d’un programme audiovisuel... En résulte une cooptation de groupe, doublée d’une décomplexion à voir - dans les médias radio ou télé - le bouc émissaire. L’abrutissement des masses pouvant aussi se faire par un éveil vulgaire nourrissant la boulimie de l’égo.

Les web médias capturent de plus en plus de flux, impactant radios et télés classiques. L’inverse est aussi vrai, puisque le monde du travail, basé sur celui de l’éducation, a pour dogme la compétition qui laisse énormément de gens sur la route. Ces derniers, non sélectionnés où déclassés de ce système, se recyclent sur Internet. Amis d’hier devenus ennemis d’aujourd’hui, ils entretiennent « le buzz » par les clashs, afin de produire du renvoi d’audimat. Ils exploitent des prestataires de service qui sont des aubaines au vu de leurs postures que sont les Youtube, Facebook, Dailymotion, Viméo et autres, afin de faire de la propagande via leur traitement de l’information. Du coup, ils perdent la main sur la régie publicitaire et pour survivre - étant financièrement acculés - ils entretiennent le conflit d’intérêt.

Ils se retrouvent trop souvent soumis au dictat du règne du quantitatif des plateformes de stockage audio/visuel qui rémunèrent au score. Ceci a pour bilan d’entretenir l’absence de respect envers les productions d’autrui et une redondance, doublée d’une baisse considérable de la qualité des contenus. N’ayant pas les moyens financiers pour développer des plateaux radios physiques, ni les moyens de produire du vidéo documentaire, ils sous-exploitent le potentiel de ces médias pour faire - la plupart du temps - du portage d’écrivains ou de Geek, dont le passage à l’oral où à l’image n’a pas vraiment d’autre intérêt que celui qui devrait se limiter à de la promotion.

La télévision classique impose, elle aussi, ses standards aux web-télé, par le système de rémunération des plateformes (voir ci-haut) qui valorisent les émissions directes au détriment des différés, ce qui produit une nouvelle fracture numérique, au vu de l’état actuel du réseau Internet en France et son débit asymétrique.

Autre problématique, ces prestataires de service concentrationnaires ne conceptualisent pas leur interface graphique pour du développement collaboratif, ce qui produit une inertie dans le développement via le paradoxe liberté / sécurité. Beaucoup n’y voient aucun problème, ce qui est révélateur...

Pur Média France a pour fondement existentiel de séparer le pur de l'impur, d’être un média au service unique de la médiation, d’être ni « Main Stream » ni « Alternatif », mais à contre-courant de la tendance ; en-dehors du flux du courant des idées reçues, en allant chercher ce qu’il y a de meilleur des anciens médias – la suggestion et l’absence de spécialisation – et le meilleur des possibilités des médias numériques – l’ouverture au développement et l’accès aux archives de La Médiathèque du Savoir !

Il est illégitime d’imposer aux autres l’exemplarité quand elle nous fait défaut.


L'INTERVIEW DE PUR MÉDIA

27 janvier 2017 : Interviewé par « Être en Liberté », Eddy Yannakis, co-fondateur de Pur Média, répond à toutes les questions pendant 40 minutes. Une interview exclusive qui permet de comprendre l'enjeu du projet et les raisons de sa création.

Musique et Production : Pur Média Studio
Durée : 44 minutes

Version audio compatible HTML 5

LE DÉVELOPPEMENT

Dans un souci d’exemplarité, Pur Média France développe les projets suivants :

  1. Récupérer des flux de médias écrits, audio et audiovisuels, spécialisés et fermés au développement collaboratif, sur une même plateforme.
  2. Apporter la possibilité pour tout à chacun - via une extension de navigateur web - d’ajouter à nos flux d’informations, un article de presse en deux clics maximum.
  3. Produire et publier des articles à une ou plusieurs plumes à la fois, donc de façon collaborative.
  4. Une Web-Radio avec des directs, des retransmissions et une plateforme indépendante d'archivage de contenus audio.
  5. Une plateforme VoIP permettant d’écouter, de participer et de produire des émissions Radio & TV, laquelle ferait aussi office d'agora numérique pour le développement de projets.
  6. L’archivage et le classement de toutes publications écrites, audio et audiovisuelles en Podcasts de nos productions.
  7. Une Web-TV, avec plateforme indépendante d'archivage et de publication de contenus audiovisuels.
  8. Fédérer un réseau pour produire des transcriptions, des traductions et des corrections pour garantir la compatibilité malentendant et exporter nos productions au-delà de la francophonie.
  9. Créer une régie publicitaire pour que Pur Média France gagne en indépendance financière.
  10. Ouvrir un site e-commerce au service du média, et non un média au service d’un e-commerce.

LES BESOINS IMMÉDIATS : LE POT COMMUN

Le budjet nécessaire pour concrétiser toutes les facettes du projet (TV, Radio et Presse collaboratives) et rendre l'ensemble cohérent, utilisable, durable et pertinent, le faire fonctionner, le promouvoir pour le faire connaître du grand public, est relativement élevé. Au regard des faibles coups habituellement engendrés par une simple web-radio, le projet Pur Média France va cependant beaucoup plus loin et nécessite donc une approche financière adaptée qui donnerait au projet une chance réelle de se concretiser.

Pour ce faire, nous avons créé un Pot Commun illimité dans le temps : lepotcommun.fr/pot/tl9fpotk
Vous pouvez aussi effectuer un don via Paypal.

AVANCEMENT ACTUEL DU PROJET

Pour vérifier l'état d'avancement, c'est ici.

Abonnez-vous gratuitement
à Pur Média France